Pour relâcher la taille, le rôle des kuas et du muscle psoas

Relâcher la taille ! Un peu d’anatomie : l’importance des kuas et du psoas-iliaque pour le Tai Chi et la bonne santé

Dans un message récent, Bob Boyd rappelle les grands principes de la famille Yang et insiste sur l’importance de relâcher la taille, le bas du dos qui détermine bien d’autres aspects.
Les chinois parlent de Kuas pour désigner la zone qui relie le bas et le haut du corps qui comprend en particulier le pli de l’aine. Il est important de renforcer cette zone.

muscle psoas iliaque
Dans cette zone se trouve l’un des muscles les plus importants et pourtant assez méconnu parce qu’interne. Il est étonnant que des ouvrages très savants d’anatomie l’ignorent ou ne retiennent que son rôle de fléchisseur de la hanche.

muscles sans psoas

Un exemple extrait du livre Anatomie essentielle pour combattre et soigner de Marc Tedeschi Cherchez le psoas ! Rappel pour agrandir l’image il suffit de cliquer dessus 2 fois

Blandine Calais-Germain  décrit  le psoas et l’iliaque comme des muscles profonds de la hanche (avec le piriforme, le carré crural …)

muscles profonds BCG

Mantak Chia accorde une grande importance au muscle psoas présenté comme l’arrière du Dan Tien

Kua vue postérieure MC

grand psoas, petit psoas et iliaque forme une chaîne musculaire reliée en haut à la 12° vertèbre dorsale et aux lombaires et en bas au fémur. Le psoas est relié indirectement au sacrum via le muscle piriforme.

psoas- vue de face

Il est en contact avec les reins à l’arrière et avec la vessie. Il participe donc au maintien et soutien des organes du bas de l’abdomen dans le « bol pelvien » c’est à dire la zone du Dan Tien. La région de l’aine, le kua a une importance énergétique extrême. Dans le mouvement du Tai Chi, le transfert du Qi, de l’énergie de la terre, des jambes jusqu’à la partie supérieure du corps et aux mains (et vice versa) passe par les kuas.

Jo Ann Staugaard-Jones lui a consacré un livre intitulé « Le psoas, muscle vital »(édition Sully).
C’est le seul muscle (ou la chaîne musculaire) reliant la partie supérieure et la partie inférieure du corps. L’éventail de ses fonctions est très vaste.  Il a un rôle majeur dans certains mouvements comme la marche, le lancer ou le lever des bras et son rôle est crucial comme stabilisateur dans des mouvements entraînés par d’autres muscles.

Du fait de sa localisation et de sa proximité avec l’aorte, le psoas a un lien avec la circulation sanguine. Le psoas comme les organes est enveloppé de fascias. Ces organes sont stimulés ou massés par les contractions du psoas Il a donc un effet sur la digestion, l’élimination et l’activité sexuelle.

Rattaché au diaphragme, il intervient aussi dans la respiration.

psoas diapragme

Rappelons que le bassin peut pivoter sur 3 plans. Mais dans la pratique du Tai Chi, il reste relativement horizontal en général parce que tant dans les déplacements que dans les pivots on veille à plier les deux kuas pour relâcher la taille

bassin 3 plans

Le psoas intervient dans la torsion de la colonne vertébrale pratiquée en permanence dans le Tai Ji et le « tambourin tibétain »

psoas et torsion du rachis

Que faire ?

Selon JA Staugaard-Jones, dans la civilisation sédentaire actuelle, les gens restent trop longtemps assis. Dans cette position, les hanches sont en flexion détendue, tout le poids du torse est supporté par le plancher pelvien, cela inhibe la circulation, la condition musculaire et même la sensibilité nerveuse. C’est la cause de douleurs dans le bas du dos, de sciatiques et de problèmes de psoas.

asseoir psoas

exercice de squat non violent proposé par JA SJ
Au début de chaque séance  de Tai Chi, prendre le temps de trouver la bonne posture : pieds parallèles, avoir l’idée de s’asseoir donc plier à ce niveau et ressentir l’effet sous les pieds comment se répartit la pression ? Trouver (en pliant davantage) la position où celle-ci est répartie également ni seulement sur les talons (avec le risque de basculer en arrière), ni sur le seul avant du pied en soulevant les talons et en mettant la pression dans les genoux, ni sur le seul bord extérieur des pieds en jouant les cow-boys, ni en laissant les genoux se rapprocher … ressentir aussi ce qui se passe dans le bas du dos avoir l’idée de relâcher, d’ouvrir le sacrum. Les genoux n’avancent pas !

bassin os
Quand on fait des auto-massages, il ne faut pas oublier cette zone, on peut par exemple frapper avec le tranchant des mains 3 fois le pli de l’aine et une fois sous les ischions. Cela nécessite d’écarter les pieds davantage
Travailler cette zone en tenant son genou soit en posant le pied sur une chaise soit debout avec le genou plus haut que le bassin (pour gonfler les reins et ne pas perdre l’équilibre).  L’idée est de tirer le genou vers soi, donc le fémur, sans reculer le bassin avoir l’intention d’absorber.

Bob Boyd agite la jambe

A suivre …

Relire l’article sur  la posture et le mal de dos

Sources
1. Bob Boyd Le Tai Chi Chuan du style du serpent particulièrement les pages 25, 26 et 68
2. Mantak Chia Tao Yin pages 26 à 35
3. Blandine Calais Germain Anatomie pour le mouvement page 92 et page 234
4. Jo Anne Staugaard-Jones Le psoas, muscle vital
5. Rolf Wirhed Anatomie et science du geste sportif page 34- 36 et page 98
6. Vigué-Martin Atlas d’anatomie humaine : de superbes planches mais le psoas n’est cité que 2 fois p 22 et 34
7. Secanella et Romero Anatomie et Tai Chi 160 pages avec de très belles planches sur tous les muscles sauf le psoas qui n’est cité que 3 fois pages 66, 130 et 132 (coq d’or et navette)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *